La santé en voyage

Dans certaines régions du monde, rester en bonne santé en voyageant est un combat quotidien. Et, bien que l’un des plus beaux endroits de la planète, l’Asie Centrale fait partie de ces zones à risques pour les voyageurs. Certains parasites, bactéries et virus qui ont pratiquement disparu des pays occidentaux sévissent encore ici. Si les locaux ont développé des défenses supplémentaires, nos parfois fragiles organismes peuvent être plus sensibles à ces attaques. Pas de panique toutefois ! La plupart des infections que vous pouvez attraper sont bénignes, faciles à éviter et à traiter, pourvu que vous ayez les bons réflexes et certaines informations. C’est ainsi le bus de cet article.

Ici nous allons vous aider à :

  • Connaître les risques
  • Savoir s’en prémunir
  • Connaître les signes des principales affections
  • Savoir traiter les symptômes
  • Expliquer vos problèmes en russe
  • Savoir où trouver de l’aide

Nous allons nous concentrer sur les risques encourus au Kirghizstan et dans le Pamir au Tadjikistan.

  1. Le paludisme

Le paludisme (aussi appelé Malaria) sévit de mai à octobre dans plusieurs régions kirghizes et tadjikes. Le risques n’est pas très élevé mais il existe dans les régions suivantes : Gorno-Badakshan, Khatlon, Douchanbé, Leninabad, frontière ouest du Kirghizstan et région de Bichkek.

Le paludisme est une infection parasitaire transmise par les moustiques. Ils piquent surtout la nuit et en soirée.

Attention aux idées reçues ! Contrairement à une croyance populaire, les moustiques ne sont pas attirés par la lumière, donc rester dans l’obscurité est une mesure inutile pour s’en éloigner. Ils sont attirés par la chaleur et les odeurs et secrétions corporelles.

Pour s’en prémunir, quelques mesures simples doivent être appliquées :

  • Porter des vêtements couvrants, amples et légers
  • Asperger vos vêtements et votre peau de spray insecticide
  • Couvrir votre tente/lit d’une moustiquaire
  • Les diffuseurs électriques répulsif peuvent aussi vous protéger la nuit

Des traitements médicamenteux préventifs existent mais ils ne sont pas nécessaires en raison du faible niveau de risque.

Les signes qui doivent vous alerter :

Ils sont difficiles à reconnaître car assez communs (fièvre, troubles digestifs, douleurs musculaires…) mais en cas de fièvre persistante suite à des piqûres de moustiques il est conseillé de consulter un médecin à votre retour.

2. La fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est une infection bactérienne transmise par l’eau et les aliments contaminés. Elle est très contagieuse. Elle sévit dans l’ensemble du Kirghizstan et du Tadjikistan.

Pour s’en prémunir, des règles d’hygiène simples doivent être adoptées :

  • Bien se laver les mains en allant/sortant des toilettes (privilégiez du sérum hydro alcoolique, se trouve facilement dans toutes les pharmacies locales et même les supermarchés)
  • Ne pas boire l’eau du robinet ou des rivières si vous n’avez de filtre d’eau efficace
  • Attention aux fruits et légumes, si vous ne pouvez pas les laver à l’eau potable, privilégiez les aliments que vous pouvez peler/éplucher avant de consommer (oranges, bananes, …)
  • Attention aux boissons chaudes que l’on vous sert dans les cantines/chez l’habitant : si l’eau bouillie élimine la majeure partie des bactéries et parasites, dans beaucoup d’endroits, les gens ne font pas bouillir l’eau totalement mais se contentent de la réchauffer. Dans ce cas, le risque de contamination reste élevé.

La meilleure protection contre la fièvre typhoïde reste la vaccination, parlez-en à votre médecin avant votre départ.

Les signes sont aussi assez communs :

  • Forte fièvre
  • Maux de tête
  • Douleurs musculaires
  • Maux d’estomac
  • Forte fatigue
  • Troubles gastriques (diarrhée ou constipation)

Pour faire un diagnostic précis, il vous faudra consulter un médecin et réaliser une analyse de sang et de selles.

3. Parasitoses intestinales

Elles sont dues à des parasites (parfois des sortes de petits vers, ou leurs œufs) qui colonisent l’intestin suite à une contamination par l’eau, les aliments et le contact avec des surfaces infectées.

Pour vous prémunir de ce risque (très élevé dans la région), les précautions à prendre sont les mêmes que pour la fièvre typhoïde, à savoir :

  • Hygiène des mains
  • Eviter les aliments à risques (crus ou peu cuits, fruits ou légumes que l’on ne peut pas laver…)
  • Avoir un filtre d’eau ou ne consommer que de l’eau en bouteille

Les symptômes seront également similaires (rassurez-vous, il y a plus de risques d’attraper une ‘simple’ parasitose intestinale que la fièvre typhoïde) avec le plus souvent :

  • Diarrhées +++ (le plus souvent : selles liquides et jaunes)
  • Maux d’estomac
  • Vomissements
  • Fièvre d’intensité variable

Les symptômes durent en général 4-5 jours (une simple gastro-entérite ne dépasse pas 2 jours en principe) et sont très invalidants. Pour les cyclistes/campeurs, essayez de vous installer dans un endroit confortable et ne restez pas seul dans la nature, vous allez connaître des moments difficiles.

4. Mal de l’altitude

Le mal de l’altitude (aussi appelé Mal aigu des montagnes) peut vous toucher lorsque vous changez d’altitude brutalement et que votre organisme a du mal à s’y adapter. Le risque concerne essentiellement votre voyage dans le Pamir, puisque des troubles peuvent apparaître à partir de 2500 m/ 3000 m d’altitude.

Les signes les plus fréquents :

  • Maux de tête +++
  • Nausées/vomissements
  • Difficultés à s’endormir

Pour s’en prémunir, il n’y a pas de recettes miracles. Aucun moyen de savoir si vous souffrirez d’un mal des montagnes ou non, nos organismes sont inégaux à ce point de vue. Une bonne hydratation peut toutefois aider.

L’une des règles communément suivie est de ne pas dormir à plus de 400m de différence par rapport à la nuit précédente. Il est donc vivement conseillé de faire votre trajet par étapes, pour laisser votre corps s’acclimater à la diminution de l’oxygène dans l’air.

Un médicament préventif existe : l’acétazolamide (Diamox) mais il est difficile de s’en procurer dans la région, mieux vaut vous fournir dans votre pays d’origine et consulter votre médecin. Vous pouvez prendre un comprimé deux fois par jour dès le début de l’ascension.

Attention ! Ce médicament est un diurétique (c’est-à-dire qu’il aide à évacuer plus vite les urines) donc il faut bien penser à boire beaucoup d’eau (n’attendez pas d’avoir soif).

Le mal des montagnes peut avoir des complications graves, mais heureusement très rares pour les personnes en bonne santé. Principalement l’œdème aigu pulmonaire ou cérébral.

Les symptômes alarmant sont un essoufflement même au repos, une perte de conscience partielle ou totale, des troubles de l’équilibre et une toux voire des crachats mousseux.

Le traitement est de redescendre ! En général, 500m suffisent déjà à apaiser les symptômes et cela ne laissera pas de séquelles.

 

Si, malgré toutes vos précautions vous tombez néanmoins malades, voici quelques médicaments faciles à trouver pour traiter les symptômes les plus courants :

  • Fièvre/Maux de tête : paracétamol (парацетамол), 1g toutes les 6 heures en cas de persistance de la fièvre
  • Diarrhées : *nifuroxazide (нифуроксазид), 200mg toutes les 6 heures (maximum 3 jours) OU *smecta (смекта), 3 sachets par jour (pendant 7 jours maximum)
  • Nausées/Vomissements : métopimazine Vogalène (вогален), 1 comprimé par jour OU dompéridone (домперидон) 1 comprimé 3 fois par jour

Attention ! Ces médicaments sont délivrés sans ordonnance car leurs effets indésirables ou contre-indications sont plutôt rares. Néanmoins, si vous ne connaissez pas ces médicaments ou si vous souffrez de maladies chroniques, parlez-en à votre médecin. Les conseils de cette fiche sont donnés à titre indicatif et ne sauraient remplacer une consultation médicale.

En outre, l’Asie Centrale est une zone à risque pour les hépatites A et B. Encore une fois, la meilleure prévention est la vaccination (à prévoir avant votre départ).

 

Concernant les structures médicales au Tadjikistan et au Kirghizstan :

Malheureusement, mêmes dans les grandes villes, la médecine est encore très loin des standards occidentaux. La visite des établissements hospitaliers peut se révéler assez effrayante pour un habitué du système de soin européen par exemple. En cas de problèmes graves, les locaux se dirigent souvent vers l’Inde ou la Chine. Pour des raisons de visas, il vous sera sans doute plus aisé d’aller en Turquie où le système de soins est très performant.

Nous recommandons néanmoins quelques endroits :

  • Bichkek : Eldik Family Medicine Clinic (2 médecins américains y travaillent)

1,2 jash gvardiya boulevard (en face de la piscine Delphin ‘Дельфин‘)

Mail : info@eldikfmc.com

Telephone : 0776 652 079

  • Dushanbe : Prospekt Medical Clinic

33 sanoi street

Mail : prospekt-clinic@tajnet.com

Téléphone : + 992 37 224 30 92

En dehors de ces endroits, évitez de vous rendre seul dans un hôpital, demandez l’aide des locaux. Vous trouverez beaucoup de « polycliniques », ces centres de soins sont déconseillés pour le manque d’hygiène et d’asepsie. De plus, il est courant que les soignants y travaillant n’acceptent pas de traiter des étrangers (pour des raisons de paiements et d’assurance).

Numéros des services d’urgence :

Services publics : 103

Services privés : 1339

Les services publics coûtent moins cher mais les services privés sont plus rapides. Si vous avez une assurance où si cela ne vous pose pas de problème de payer davantage, nous vous recommandons de faire appel au services privés.

En cas d’urgence, si vous avez besoin d’aide pour traduire, vous pouvez contacter notre manager Aigul au (whatsapp):

+996 553 280 881

Attention ! Lorsque vous achetez des médicaments, allez dans les pharmacies. Il y a beaucoup de médicaments dans les bazars mais le risque de contrefaçon est élevé.

 

Petit lexique pour pouvoir expliquer ce qui vous arrive en russe :

            

Je suis malade : я болею

J’ai mal à la tête : у меня болит голова

J’ai des douleurs d’estomac : у меня болит живот

J’ai la diarrhée : у меня понос

J’ai vomi : меня вырвало

J’ai la nausée : меня тошнит

Où se trouve l’hôpital ? : где больница ?

J’ai besoin de voir un médecin : мне нужно врач

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *